Le recyclage des matelas, une question de survie

Le recyclage des matelas, une question de survie

Quand on évoque le respect de l’environnement, la question du recyclage des matelas occupe une place centrale.
Le matelas sont ils recyclables ?
Et surtout, les recycle-t-on ?

Recyclage des matelas, une denrée rare

Recycler son matelas, une obligation ?

Rares sont les fabricants qui s’occupent de recycler les matelas et d’en récupérer les matériaux nécessaires à la confection de nouveaux produits.

Quelques entreprises vertueuses ont essayé d’anticiper le changement législatif de 2012 qui prévoit un recyclage des matelas et des sommiers obligatoire.

La France, n°1 du recyclage de matelas ?

La France, jusqu’ici en retard dans le domaine, a frappé un grand coup en ouvrant une usine de recyclage en Région parisienne, a Limay pour être précis. Cette usine assure le recyclage de 300 à 400 sommiers et matelas par jours. Les matières ainsi récupérée trouveront une deuxième vie dans l’industrie automobile ou du tapis.

« Ressorts, cadres en bois, mousse, feutre, latex…Toutes ces matières sont réutilisables » assure le directeur de l’usine. Spécialement quand le fabricant conçoit ses matelas avec des matériaux recyclables.

Mais encore faudrait-il se donner la peine de les recycler. Le nombre des usines de recyclage des matelas est trop insuffisant en France comme en Europe et la collecte n’est ni automatique, ni gratuite.

Le saviez vous ?
Certains matériaux composant les produits de literie sont totalement “éco friendly”. Ainsi, l’oreiller latex, l’oreiller épeautre ou l’oreiller sarrasin sont confectionnés en parfaite adéquation avec l’écosystème.

Enterrer son matelas, et la planète avec

Les centres d’enfouissement technique, cimetières des matelas

Vous devez savoir que chaque année, 5 Millions de matelas sont enfouis dans ce qu’on appelle des Centres d’Enfouissement technique ( CET ).

En effet, en raison de leur encombrement, nos matelas ne se laissent pas incinérer facilement.
Vu qu’ils sont plutôt durs à cuire, on a traditionnellement recours à l’enfouissement pour les faire disparaître.

Les matelas, cauchemars de l’environnement ?

Cette technique primitive soulève 2 problèmes majeurs pour notre environnement:

  • Les matériaux qui composent les matelas ne sont pas forcément biodégradables. Ils mettent donc des dizaines d’années pour se décomposer dans le sous sol.
  • L’immense quantité de matelas enfouie entraine une dangereuse instabilité des sols des CET

Vu que la durée de vie d’un matelas n’est que de 10 ans, il est nécessaire que les fabricants se projettent au delà. Encourageons les à équiper leurs matelas de matériaux recyclables et la planète ne s’en portera que mieux


Découvrez l’oreiller bio, issu à 100% du recyclage

Un système loin d’être parfait

Recyclage des matelas, des débuts encourageants

Le processus de récupération des différents matériaux est complexe et le coût de la collecte élevé. Il vous en coutera 9,50 Euros pour faire recycler votre vieux matelas, hors livraison. Si vous tenez réellement à respecter l’environnement vous le livrerez vous même à l’usine de région parisienne.

A partir de l’année prochaine, l’usine de Limay prévoit de recycler 1500 matelas et sommiers par jour soit 465 000 pièces par an. On sera encore bien loin du compte.

Les matelas bio dégradables,la solution ?

Prions pour que d’ici 2012, date d’entrée en vigueur des disposition législatives sur le recyclage des matelas et sommiers, les usines de recyclage se multiplient et cette pratique entre enfin dans les mœurs.

En attendant, limitez les dégâts en choisissant des matelas composés de matériaux bio dégradables : Matelas latex 100% et Matelas naturels

Vous atténuerez ainsi  la menace qui pèse sur nos sols.

[WuPhooey id=”q7x3z9″]

email

Tags: , , ,

Ce billet a été posté par Ensemble literie le Friday, April 22nd, 2011 à 9 h 51 min dans les catégories Conseils Matelas, Literie bio et écolo. Vous pouvez suivre les commentaires par le fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

Réagissez à cet article